Une seconde jeunesse donnée au violoncelle de faïence du manoir d'Alfred Le Beau.

La restauratrice de faïence Régine Guyomarc'h vient de ramener à la vie, un violoncelle de 1875. Après six semaines de soins, la pièce unique retourne dans les salles du Manoir de Kérazan.

« Je n'ai jamais traité une telle pièce, unique et si précieuse. » Régine Guyomarc'h est aux anges. Elle vient de terminer la restauration d'un violoncelle en faïence. Oui, mais pas n'importe lequel. Le seul réalisé à taille réelle, orné de dessins et encore aujourd'hui conservé.

Quinze échecs

Selon la légende qui entoure l'objet, il y aurait eu quinze échecs avant la réalisation de l'instrument. Trop ou mal cuite, la faïence aurait cédé. « Plus la cuisson est longue et moins on la maîtrise », assure Régine Guyomarc'h.

L'objet est une pièce unique qui appartient aux collections du manoir de Kérazan à Loctudy. Avant de venir en restauration, il était situé dans un cabinet entièrement décoré d'oeuvres d'Alfred Beau.

Propriété de Joseph Astor jusqu'à sa disparition en 1901, le violoncelle a ensuite été légué à l'Institut de France comme l'ensemble des biens du collectionneur et selon la volonté du légataire, conservé in situ.

« Conserver en l'état ne veut pas dire dans un mauvais état », souligne Danièle Bolloré, l'une des administratrices du domaine de Kérazan. C'est elle qui a remarqué la fragilité extrême de la « bête », il y a quelques mois.

Parmi les nombreux bobos constatés, des felles apparues au moment de la cuisson de l'oeuvre, puis masquées, mettaient en danger l'intégrité de l'oeuvre réalisée d'un seul tenant. « Les felles, recouvertes de stuc et repeintes, ont fini par se rejoindre pour former des morceaux », mine Régine Guyomarc'h.

Pendant six semaines de travail intensif, elle a photographié, nettoyé, collé, bouché et repeint les affres du temps qui mettaient en péril le violoncelle. Un travail de bénédictin qui représente « une très grosse somme », glissent les protagonistes, fiers de redonner vie à une oeuvre exceptionnelle.

L'exploit artistique est le fait du peintre Alfred Beau. « Lorsqu'il est venu s'installer à Quimper, dans les années 1870, Beau a permis à la ville de sortir de l'aire industrielle et utilitaire de la faïence pour la faire entrer dans la sphère artistique », explique la restauratrice qui connaît son sujet sans faille.

1 m 20

D'une hauteur de 1 m 20, l'instrument fait pour l'ornementation est recouvert de motifs floraux sur les côtés. Sur l'avant et l'arrière, des scènes figurent des scènes champêtres et des angelots musiciens.

« Il y a un détail du trait et un ombrage des visages qui n'existe nulle part ailleurs en faïence », assure la restauratrice installée depuis 16 ans près du Palais de justice de Quimper.

Désormais consolidé, le violoncelle de faïence d'Alfred Le beau va réintégrer ces jours-ci les collections du Manoir de Kérazan.

 

Article de Carole TYMEN

http://www.ouest-france.fr/

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1